Table ronde OAI « Le rôle sociétal des professions OAI et leur valorisation à l’échelle européenne »

mardi 3 mai 2022

 

Près de 150 personnes ont assisté à la table ronde sur le thème « Le rôle sociétal des professions OAI et leur valorisation à l’échelle européenne » organisée par l'OAI le 20 avril 2022 à Luxexpo the Box dans le cadre du salon Architect@Work.

Revivez-la sur la page Youtube de l’OAI !

Dans son introduction, Pierre HURT, Directeur de l’OAI, a rappelé que les nombreuses crises actuelles (climatique, sanitaire, géopolitique) ont cruellement montré que nous avons besoin d’un système qui valorise correctement nos ressources, notre travail et notre culture en fonction de la plus-value pour notre vivre-ensemble libre et résilient.
Pour cela, nous avons besoin de plus de compréhension pour la réelle plus-value, ainsi qu’une valorisation plus juste des professions libérales.
La qualité de vie ne peut pas être décrétée, mais elle est basée sur des valeurs communes fondamentales de respect et de partage : liberté, dignité, solidarité…

Ruth SCHAGEMANN, Présidente du Conseil des Architectes d’Europe, a alors proposé un exposé sur le thème « Qualität durch Qualifikation für eine schöne, nachhaltige und inklusive Zukunft für Europa ». Elle a notamment souligné que l’initiative de la Commission Européenne « Nouveau Bauhaus Européen » constitue un changement de paradigme, la culture du bâti passant de « nice to have » à un sujet incontournable pour atteindre la neutralité carbone en 2050.

Sous la modération de Pierre HURT, les participants de la table ronde, à savoir Ruth SCHAGEMANN, Klaus-D. ABRAHAM, Président de la AHO (Ausschuss der Verbände und Kammern der Ingenieure und Architekten für die Honorarordnung), Marjan HESSAMFAR, Vice-Présidente de l’Ordre des Architectes de France, Philippe MEILLEUR, Président de l’Ordre des Architectes de Belgique, Michelle FRIEDERICI, Présidente OAI, et Marc FEIDER, Vice-Président OAI, ont échangé sur l’état actuel de leur profession dans leur pays, la valorisation et la rémunération des concepteurs pour profiter pleinement de leur plus-value pour nos sociétés et garantir leur indépendance professionnelle, la mise en œuvre du « Nouveau Bauhaus Européen », et les actions concrètes qu’ils voudraient mettre en œuvre.

La situation de la HOAI (« Honorarordnung für Architekten und Ingenieure ») en Allemagne, suite à la décision du 4 juillet 2019 de la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE), a été discutée. Seules les dispositions relatives aux honoraires minimum et maximum sont abolies, non la HOAI en sa globalité. En outre, elles ont été invalidées non en raison d’un excès de réglementation, mais d’une insuffisance de réglementation.
La CJUE admet d’ailleurs que des barèmes étatiques relatif aux honoraires minimum peuvent être justifiés en principe, en soulignant que les objectifs de préservation de la culture architecturale et de construction écologique peuvent être rattachés aux objectifs plus généraux de préservation du patrimoine culturel et historique, ainsi que de protection de l’environnement, lesquels constituent également des raisons impérieuses d’intérêt général.

Après une adaptation formelle de la HOAI à cette décision, l’Allemagne travaille à une réforme plus en profondeur avec une réflexion sur de nouvelles méthodes pour le calcul des honoraires qui soient plus adéquates que celle basée sur un pourcentage du coût de construction, qui est communément utilisée en Europe.
Un consensus entre les participants de la table ronde s’est dessiné autour de l’importance de davantage valoriser la matière grise, une conception intelligente ne se mesurant pas au coût du projet.

En conclusion, il ressort que les études théoriques sur lesquelles la Commission Européenne se base actuellement pour développer ses démarches ne reflètent pas la réalité de ce qui se passe sur le terrain. Ainsi, il importe de lancer une action commune des organisations professionnelles en d’Allemagne, de Belgique, de France et du Luxembourg, ensemble avec le CAE, pour apporter son aide en la matière.
Par ailleurs, l’accent a été mis par tous les participants sur l’aspect essentiel que revêt l’éducation à la culture du bâti. Il s’agit non seulement de former le personnel nécessaire pour les bureaux puissent répondre aux nombreux défis qui les attendent, mais également de sensibiliser les citoyens à la plus-value qu’apportent les architectes, les ingénieurs-conseils et les urbanistes-aménageurs à la qualité de notre vivre-ensemble. Par leur approche contextuelle et holistique, ces concepteurs indépendants et libres de tout conflit d’intérêt assurent la durabilité et la résilience de notre cadre de vie.

Les présentations proposées sont disponibles dans la Médiathèque.

De gauche à droite sur la photo : Yann JEGU, Directeur-adjoint OAI ; Philippe MEILLEUR, Président de l’Ordre des Architectes de Belgique ; Klaus-D. ABRAHAM, Président de la AHO ; Ian PRITCHARD, Secrétaire général CAE ; Michelle FRIEDERICI, Présidente OAI ; Pierre HURT, Directeur OAI ; Ruth SCHAGEMANN, Présidente CAE ; Marc FEIDER, Vice-Président OAI ; Marjan HESSAMFAR, Vice-Présidente de l’Ordre des Architectes de France ; Aurélie LAMPE, Architect@Work ; Ronny HERHOLZ, Directeur AHO ; Nathalie SANDRA, Architect@Work ; Frédéric LAPÔTRE, Secrétaire général de l’Ordre des Architectes de Belgique

 

L'OAI EN CHIFFRES : BUREAUX ÉTABLIS AU LUXEMBOURG

531

architectes
207

ingénieurs-conseils
37

architectes d'intérieur
168

urbanistes
10

arch.-paysagistes
ing.-paysagistes